Regarder ou voir sa différence ? On ne peut que s’interroger sur cette interrogation. Mais elle a son sens. Souvent on passe à côté de choses, les regardant sans les voir. Trop préoccupé par son quotidien, ses rendez-vous, son égoïsme. Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d’inoubliables chagrins. (Château de ma mère – Marcel Pagnol).

Alors ne soyons pas chagrin et regardons-nous. Mettez au rebut, le prêt à penser. Pensez différemment. Et pour nous aider, nous pouvons apprendre à apprécier ce que nous avons. Regardons d’une vue pertinente, nos ambitions. Soyons curieux de nos succès. Apprenons de nos erreurs. Notre vision doit se cultiver, s’adapter. Stop aux c’était mieux avant. Se sera mieux bientôt car nous aurons pris conscience de nos progrès. Aujourd’hui on s’inquiète plus de la montée de la droite en Italie, du coup de bluff (ou pas) de Poutine que de nos environnements, personnels, professionnels, naturels… Bien sûr, la bien pensance nous rappelle que comme la vie augmente, il va falloir être sobre. On dirait presque que c’est notre faute, vils consommateurs effrénés.

Alors ouvrons les yeux et regardons comment agir face à l’adversité. Commençons par changer de logiciel de pensées. échangeons c’était avant contre et maintenant ?

Jean-Marc Jancovici nous propose trois solutions de sobriété :

D’abord, incitons nos industriels à produire des machines encore plus économes en consommation énergétique. Cessons le multi-critères et bannissons celles qui consomment. Gardons cette référence pour la prochaine production qui devra faire mieux. Et puis restons vigilant sur la production de vrais projets portant sur nos valeurs de protection de nos environnements. Il est temps de s’interroger sur la pertinence du tout électrique en matière de locomotion.

Ensuite contribuons tous, à nos humbles niveau, à cet effort. Et sanctionnons fermement les autres, en particulier les industriels, gros consommateurs qui ne joueraient pas le jeux.

Enfin, et c’est le plus terrible nous rappelle Jean-Marc Jancovici, il y a la pauvreté. Elle a aussi cette conséquence, de limiter la consommation.

Donc face à cette abondance obscène, faisons preuve de lucidité et regardons comment mieux vivre avec moins.

Dual’Idées vous conduira à travailler mieux sans travailler plus. contactez-nous


0 commentaire

Laisser un commentaire