Certains l’ont compris en écoutant la bande annonce du XXIe siècle, l’instabilité du monde va perdurer.

Il est temps de dépoussiérer nos vieilles habitudes, d’ou l’intérêt du plumeau. Les problèmes rencontrés sont profonds et durables. Finies crises, comme nous en avons connu dans les trente dernières années, bonjour ruptures profondes, géopolitiques, militaires et environnementales, dans un contexte de délitement accéléré de l’ordre international. Nul besoin de dresser la liste des traités qui s’effondrent; partout , on mesure les conséquences sur le respect du droit ou de la liberté de pensée.

Tout ce qui bouleverse la vie advient fortuitement. Le destin ressemble à ces sceaux d’eau posés en équilibre sur la tranche des portes. Sauf qu’on sait où est le sceau et qu’on va entrer dans la pièce, et se faire tremper. L’expérience des pénuries des ressources renouvelables et non renouvelables, la fin de l’abondance est là. Pourtant, les journées s’enchaînent en respectant et en répétant inlassablement des procédures strictement validées par des années de pratiques autrefois garantes de sérénité. Entrainer par l’abondance de jadis, nous avons franchi aisément l’asymptote de la croissance et fonçons épuiser les dernières ressources disponibles.

Artisans, commerçants, indépendants, vous qui vivaient, quotidiennement, sous pression du train de la modernité, des effets de mode que pilote le besoin d’abondance, la véritable colonne d’eau froide peut chuter à tout moment. Sortez vos plumeaux…

Ne pas le voir est suicidaire.

Tous insistent sur les mêmes mots, turbulences, fluctuation, instabilité. Et donc, souhaiter comprendre est légitime. Rien de facile cependant. Chacun au sein de l’entreprise , du dirigeant au simple employé, dans la perspective de ce qu’il recherche, trouve son bonheur ou pas, dans l’inattendu. Mais si un seul manque à son devoir, c’est tout le groupe qui est menacé. 

Dans un tel contexte, saisir les opportunités n’est plus une option. Nous n’avons pas beaucoup de coups à jouer sur l’échiquier. La situation nous impose par conséquent que chaque coup soit gagnant.

Il faut gagner gagner la guerre avant la guerre 

Général d’armée Thierry Burkhard

C’est alors qu’intervient un sentiment unique, rare, la confiance collective. le sujet n’est pas nouveau et rien que cette référence suffit pour s’en convaincre.

Interdépendance mutuelle partagée

La dépendance mutuelle partagée est la situation choisie des deux parties pour accomplir leurs tâches ou atteindre leurs objectifs. Cela peut se produire entre des personnes, des départements ou des entreprises.

L’un des avantages de la dépendance mutuelle partagée est qu’elle favorise la collaboration et la coopération entre les parties impliquées. Lorsque les parties sont dépendantes les unes des autres, elles ont tendance à travailler ensemble pour atteindre leurs objectifs communs. Cela peut conduire à une amélioration de la communication, de la confiance et de la cohésion entre les parties.

Cependant, la dépendance mutuelle partagée peut également présenter des inconvénients. Par exemple, si l’une des parties ne remplit pas ses obligations, cela peut avoir un effet domino sur l’autre partie, ce qui peut entraîner des retards ou des perturbations dans le travail. De plus, si l’une des parties décide de mettre fin à la relation de dépendance, cela peut avoir des répercussions sur l’autre partie, qui pourrait se retrouver soudainement en difficulté.

Dual’Idées est un exemple de dépendance mutuelle partagée avec le dirigeant d’entreprise. Dual’Idées dépend des objectifs du dirigeant d’entreprise pour définir le potentiel maximum de la société, tandis que le dirigeant dépend de Dual’Idées pour atteindre ce potentiel maximum. Cette relation de dépendance peut être bénéfique si les deux parties travaillent en étroite collaboration, mais elle peut également être préjudiciable si l’une des deux ne remplit pas ses obligations.


0 commentaire

Laisser un commentaire